Journal

97 messages - Cliquez sur un titre pour afficher la page dans une autre fenêtre

Un coeur sous l'armure

- Avez-vous un amoureux?

Je m'esclaffe sans retenue.

- Non, pas vraiment.
- Vous n'avez jamais eu d'amant?
- Et bien... il ne me semble pas qu'il y en ait eu un seul qui se soit int?ress? ? autre chose que ma poitrine ou mon post?rieur.

Je grimace l?g?rement, l'air un peu d?go?t?. Heimmenrich me sourit.

- Pourquoi?
- Vous avez besoin de quelqu'un. Quelqu'un qui saura vous aimer, quelqu'un que vous aimerez, et quelqu'un ? qui vous pourrez vous attacher.
- Oh, vraiment? Il faudrait d?j? qu'il existe un homme capable de tels sentiments.
- Il en existe, croyez-moi.
- Et pourquoi devrai-je m'encombrer d'un tel fardeau?
- Parce que vous devez cesser de risquer inconsciemment votre vie comme vous le fa?tes. Votre existence a bien plus de valeur que ce que vous semblez penser, mais il vous manque juste quelqu'un pour vous en rendre compte.
- Mais enfin! Comment voulez-vous que je sois une guerri?re efficace si j'ai peur de mourir? C'est impossible!
- Vous faire pi?tiner par vos ennemis sur le champ de bataille n'aidera personne. Si vous voulez vraiment vous rendre utile, vous devez vivre.

Je ne comprends pas tr?s bien ce qu'il veut me dire. En fait, je crois que je ne comprends jamais ce qu'il cherche ? m'enseigner. Des fois, je me demande s'il existe ne serait-ce qu'une seule personne dans ce monde qui soit capable de comprendre cet Heimmenrich! Ses propos sont si vaporeux, si ?tranges. Je ne vois pas en quoi m'encombrer d'un homme qui ne fera que me tripoter m'aidera en quoi que ce soit!

Pourtant, Heimmenrich ne l?che pas le morceau et continue ? insister longuement. Il a l'air de vraiment y tenir. A croire qu'il ? un cousin ? marier, ou quelque chose comme ?a!

J'ai beau essayer de suivre son raisonnement, je ne parviens pas vraiment ? comprendre. Si je trouvais quelqu'un ? aimer, je serais peut-?tre plus heureuse, mais je ne servirai ? rien pour mon peuple! Comment une femme occup?e ? ch?rir son homme peut-elle ?tre utile ? quelque chose? Je ne veux pas passer ma vie ? faire la lessive moi! Non, je ne peux pas accepter ?a, je veux me battre au nom des Sin'Dorei!

Je regarde l'elfe dans les yeux. Je ne parviens pas ? d?couvrir ses v?ritables motivations. Cherche-t-il ? m'aider? Veut-il me rendre heureuse? Ou bien est-ce qu'il me manipule dans un but que j'ignore? Je n'en ai vraiment aucune id?e. Pourtant, j'ai envie de lui faire confiance.
Et puis, il me rappelle un peu mon p?re. Papa aussi insistait souvent pour que je me trouve un ?poux, que je fonde une famille et que je lui pr?sente une ribambelle de petits enfants.
Comme je l'?tais aupr?s de mon p?re, je me sens aussi en s?curit? aupr?s d'Heimmenrich. Je m'attache terriblement ? lui. Papa, Heimmenrich... ils sont si diff?rents, et pourtant...

Poster un commentaire - Commentaires (6) Créé le 2008-05-10 à 21:17:48 - Modifié le 2008-05-11 à 12:40:32

R?miniscence

Oublier mon pass?? Comment peut-il me demander une chose pareille! Mon pass? est la seule chose qui me donne encore un peu d'espoir dans ce monde de guerre et de souffrance! Les souvenirs de mon enfance, des jeux avec mes amis, de mes journ?es ? assister mes parents dans leur travail... ces souvenirs sont le seul bonheur que je trouve aujourd'hui! Ce pr?sent est si chaotique, si sombre...

- Azrelia, pourquoi vous battez-vous?
- Je me bats pour mon peuple! Pour lui offrir un avenir heureux! Je veux que tout redevienne comme avant, que tous les Sin'Dorei puissent conna?tre le bonheur que j'ai connu.
- On ne peut modifier le pass?, ni le faire revenir.
- Non, mais on peut pr?parer le futur, pour qu'il devienne comme on le souhaite! Et moi je veux que tout redevienne comme avant!
- Azrelia, ce pass? est r?volu. D?finitivement. Vous devez vous r?soudre ? la mort de vos parents, et oublier votre pass?.
- Mes parents? Mais je ne sais m?me pas s'ils sont morts!

Je sens un profond mal-?tre s'emparer de moi. Mon estomac se noue, j'ai la gorge s?che. Des larmes perlent au coin de mes yeux.

- Ils vous manquent tant que ?a?
- Ils me manquent plus que tout au monde! Je ... je pense tout le temps ? eux, je veux les revoir.

Leurs visages m'apparaissent soudainement, tels deux fant?mes diaphanes revenus me hanter. Je me vois assise fi?rement aupr?s de papa, qui vante les m?rites de nos ?toffes aux passants. Je me vois cueillir des fruits avec maman, pour faire de d?licieuses confitures. Papa... maman... ils me manquent tellement. Tout ce bonheur pass? me manque terriblement.

Cette fois, je ne tiens plus. Je commence ? sangloter, appelant mes parents d'une voie faible. Je ne retiens plus mes larmes. Le visage entre les mains, je laisse libre cours ? mon chagrin. Je sens deux mains se poser sur mes ?paules. Je pleure toujours. Heimmenrich m'attire doucement vers lui, pose ma t?te sur son ?paule. Il caresse d?licatement mes cheveux, toujours sans rien dire, toujours aussi calme. Je me sens un peu apais?e pr?s de lui, mais je continue ? pleurer durant un long moment. Cela fait si longtemps que je n'avais pas ?t? r?confort?e dans les bras de quelqu'un.

- Azrelia, que vois-tu au fond de toi?

Une ?trange lueur mordor?e semble envelopper nos deux corps, serr?s l'un contre l'autre. Je me calme un petit peu.

- Ce que... je vois au fond de moi?
- Sont-ils encore en vie?

Je repense au jour de leur d?part. Papa ?tait en pleine forme, mais maman, elle n'?tait pas tr?s bien. Je revois son visage p?le, encadr? de cheveux clairs, son sourire sans vie.

- Mam... maman ?tait faible quand ils sont partis...
Je renifle, puis reprends.
- Mais... mais je... je veux croire que papa est... est toujours en vie.
- C'est ce que tu veux croire, mais que vois-tu vraiment?

Je ne lui r?ponds pas. Je pr?f?re ne pas savoir. Je repose le menton sur son ?paule, le regard perdu dans le vague.
Nous nous lib?rons de notre ?treinte. Je s?che mes larmes avec le mouchoir qu'il me tend. Il me r?conforte. Je me sens un peu mieux maintenant. ?a m'a fait du bien de pleurer ainsi dans les bras de quelqu'un qui m'est cher. Parce que Heimmenrich devient vraiment quelqu'un pour moi. C'est un peu comme un p?re.

- Azrelia, es-tu vraiment malheureuse, aujourd'hui, avec moi dans cette caverne?

Je jette un regard autour de moi. Tout semble paisible, rien ne bouge. Devant moi, le chevalier me sourit.

- Je... non, pas vraiment...
- Tu dois arr?ter de penser au pass?. Le pr?sent est aussi plein de bonheur. Tu dois vivre dans ce pr?sent maintenant.

Nous ressortons de la caverne ensemble. La nuit est tomb?e. J'admire le paysage de Hautebrande, baign? de la lueur argent?e d'un magnifique clair de lune. C'est vrai que tout n'est pas moche dans ce pr?sent, apr?s tout.

Nous revoil? devant le ma?tre de vol de Moulin-de-Tarren. Je rentre ? Lune d'Argent. Je lui souhaite une bonne nuit. Juste avant de grimper sur la chauve-souris qui doit me ramener ? la capitale, je me hisse sur la pointe des pieds et lui d?pose un baiser sur la joue.

- Au revoir, Heimmenrich !

Poster un commentaire - Commentaires (0) Créé le 2008-05-17 à 19:13:52 - Pas de modification

D?sarm

- Azrelia !

Je d?tourne lentement mon regard de la fontaine de pierre qui se dresse devant moi. Je jette un oeil par dessus mon ?paule et j'aper?ois un grand chevalier en armure et ? la chevelure sombre qui s'approche. Les derniers rayons du soleil couchant l'enveloppent d'une ?trange aura lumineuse. Je le reconnais sur le champ.

- Heimmenrich! Quelle bonne surprise!
- Que fais-tu ici, tu es en permission?
- Oui! Je r?cup?re de ma campagne en Hautebrande. C'est que ces humains nous on donn? bien du fil ? retordre!
- Ah, je vois. Tu viens boire un verre?
- Avec grand plaisir!

Tout en d?gustant le porto qu'il vient de m'offrir ? et qui me rend, disons, d'humeur joyeuse ? je lui raconte mes m?saventures avec les humains. Mais je me rends bien vite compte qu'il ne m'?coute que d'une oreille distraite. Il n'arr?te pas de fixer l'arme que je porte dans le dos. Soudain, il m'interrompt.

- Pourquoi gardes-tu ton arme?
- Pardon?

Je le regarde, stup?faite.

- Pourquoi gardes-tu ton arme? Tu es en permission, r?p?te-t-il sur un ton tr?s calme.
- Mais parce que je suis un chevalier maintenant, et un chevalier sans son ?p?e, ce n'est pas vraiment un chevalier!
- Tu ne risques rien ici, tu n'as pas besoin de ?a.

Heimmenrich esquisse un petit geste de la main. Soudain, la boucle de la bride qui retient mon arme se d?tache et la lame s'en va rebondir sur le sol dans un bruit m?tallique. Je me l?ve d'un bond de mon si?ge en criant!

- Hey! Que fa?tes-vous?
- Je t'ai dit que tu n'avais pas besoin de cette arme.
- Mais enfin? C'est... c'est le symbole de mon statut, et puis... je me sens toute nue sans elle! Et d'abord on ne sait jamais!
- Regardez, je n'ai pas d'arme moi.

Il me tend ces deux bras pour appuyer ses paroles. Effectivement, il ne porte aucune arme.

- Et pourtant, tu ne te sens pas en s?curit? avec moi?
- Si, bien s?r que si, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Mais moi je n'ai pas vos talents et vos pouvoirs, j'ai besoin de ma lame!

Le chevalier fait venir ? lui l'arme en question, sans m?me avoir ? se d?placer. Il la regarde attentivement en continuant ? m'expliquer qu'une arme n'est pas n?cessaire pour un chevalier. Je ne l'?coute que d'une oreille, troubl?e. Je le regarde manipuler ma lame avec un petit pincement au coeur. Il semble percevoir mon mal-?tre, et l?ve les yeux sur moi.

- Je... je suis tr?s attach?e ? cette arme.
- Oh, vraiment?
- Oui. C'est... un cadeau.
- Un cadeau? De vos parents?

Je secoue la t?te en signe de d?n?gation.

- D'un ancien amant?

Je reste quelques instants silencieuse, tout en faisant glisser mes doigts le long du fil de la lame qu'il vient de me rendre.
Le regard perdu dans le vague, je lui r?ponds d'une voix mal assur?e.

- Pas tout ? fait...

Poster un commentaire - Commentaires (2) Créé le 2008-05-24 à 10:57:03 - Pas de modification

A travers le temps

Heimmenrich et moi sommes encore partis dans l'une de nos discussions sur le temps, le pass?, le pr?sent et le futur. Moi, je veux que tout redevienne comme le pass?, et je vie le pr?sent en essayant de pr?parer le futur dans ce sens. Parce que pour moi, le bonheur appartient au pass?, alors je veux que ce pass? revienne. Mais encore une fois, le chevalier m'affirme que je me trompe. Il me r?p?te que le pass? est r?volu, que le futur sera autre mais aura aussi sa part de bonheur.

Je crois que je suis encore un peu perdue, je necomprends pas tout ce qu'il me raconte. Je n'arrive pas non plus ? admettre la fin de cette p?riode de bonheur. Je suis s?r qu'il est possible que tout redevienne comme avant!

Je pense de nouveau ? mes parents, mes amis, ? mon pass?. Ce pass? qu'on veut me faire oublier.

Soudain, Heimmenrich me saisit par la taille, me soul?ve et me d?pose sur le comptoir. Naturellement, je proteste ?nergiquement.

- Hey, qu'est-ce que tu fais?!
- Je me mets ? ta hauteur.

Il parle encore et toujours d'un ton calme, serein, comme si rien n'avait d'emprise sur lui. Et cet air a tendance ? m'?nerver, comme c'est le cas en ce moment. Je grogne et marmonne entre mes dents.

D'un geste, il met fin ? mes protestations.

- J'ai quelque chose ? te montrer.

Face ? moi, le chevalier commence ? tracer dans l'air d'ind?finissables symboles. Une lueur vive ?mane de tout son corps et du bout de ses doigts avec lesquels il dessine, et je sens une ?trange sensation m'envahir. C'est comme si un fluide entrait en moi par toutes les pores de ma peau et envahissait peu ? peu tout mon corps. ?a me chatouille un peu, et je rit silencieusement. Puis, irr?pressiblement, mes paupi?res se ferment. Tout mon corps se d?tend, j'ai l'impression de m'endormir, tout en ?tant encore consciente. C'est plut?t effrayant, mais je ne parviens pas ? articuler le moindre son.

Soudain, une violente secousse se fait sentir, et je me sens projet?e dans les airs. Je vois alors une sc?ne se d?rouler devant mes yeux clos. Je distingue une petite colline, au pieds de laquelle s'?tend un petit lac scintillant. Partout autour, de grands arbres lancent leurs ramures mordor?es vers un ciel d'azur. Au sommet de la colline, deux personnages sont assis dans l'herbe verte. Un jeune elfe... et moi. Je vois l'elfe passer un bras autour de mes hanches. Je m'attends ? me voir lui flanquer une bonne claque. Mais au lieu de ?a, mon autre moi fait de m?me et pose doucement sa t?te sur les ?paules de son compagnon. Blottis l'un contre l'autre, ces deux elfes admirent ensemble le soleil couchant teinter de rose les eaux du lac. Ils semblent heureux. De petites lueurs scintillent au fond de leurs yeux.

Subitement, quelque chose heurte l'arri?re de mon cr?ne et tout dispara?t. Je pousse un petit cri de douleur et ouvre les yeux. Tout en frottant vigoureusement mon cr?ne endolori, je regarde autour de moi. Je suis toujours dans l'auberge. Sauf que je ne suis plus assise devant le comptoir, mais ?tal?e sur le sol, adoss?e au placard de bois qui porte les bouteilles de l'auberge, quelques pas derri?re le comptoir. Heimmenrich contourne le bar et s'approche de moi.

- Qu'est-ce que...?

Je suis toute perdue, je ne comprends rien. Qu'est-ce que c'?tait que cette ?trange vision?
Le chevalier s'agenouille devant moi, et pose deux doigts sur mon front. Ma douleur s'estompe peu ? peu.

- Qu'est-ce que c'?tait?
- Je t'ai fait entrevoir un des moments les plus heureux de ton futur, Azrelia.

Poster un commentaire - Commentaires (1) Créé le 2008-05-30 à 19:18:12 - Modifié le 2008-06-01 à 13:21:10

Troisi?me oeil

Aoutch ! D?cid?ment, je ne suis vraiment pas dou?e ! Mais c?est pour ?a qu?il faut que je continue ? m?entra?ner, m?me si je suis couverte de bleues et de bosses. Un jour, j?y arriverai, et Heimmenrich pourra ?tre fier de moi !

Je masse mon cr?ne endolori et fais demi-tour. De toute ?vidence, il y a un mur ? ou quelque chose de tr?s dur ? devant moi. Je r?ajuste le bandeau qui me cache les yeux et reprends mon chemin dans une autre direction. Je me concentre tr?s fort pour essayer de ressentir la magie qui habite tous les ?l?ments qui m?entourent et me rep?rer dans mon environnement sans utiliser ma vue.

C?est que ce n?est pas simple du tout ! J?ai quand m?me fais quelques progr?s, j?arrive ? peu pr?s ? distinguer l?aura des ?tres vivants qui ne sont pas trop loin de moi. Ce ne sont encore que des formes floues aux contours indistincts, mais au moins, je suis capable de dire qu?il y a quelqu?un . Bien que ne puisse m?me pas dire s?il s?agit d?un elfe, d?un troll, ou d?une autre cr?ature. A part peut-?tre les morts-vivants, qui sont assez simple ? rep?rer. A cause de l?odeur, probablement.

Heimmenrich dit que lorsqu?on maitrise cette technique, on peut voir aussi bien qu?avec nos yeux, m?me dans le noir complet. Ce doit ?tre tr?s pratique pour se rep?rer dans un champ da bataille lorsque la fum?e nous emp?che de voir ou que le sang trouble notre vision !

Pour l?instant, j?ai l?impression d??tre dans un univers sans aucune mati?re, dans le noir absolu. Seuls quelques fant?mes diaphanes et vaporeux passent de temps en temps pour briser la monotonie de ce paysage totalement vide. Mais c?est d?j? ?a. Si je ne vois pas encore les murs et autres ?l?ments non-vivants, je suis au moins capable de d?tecter d?autres pr?sences.

Il faut bien souffrir pour ?tre forte ! Et moi, je veux ?tre forte ! Et puis je suis s?re qu?avec ce nouveau talent, je pourrais d?faire mes ennemis encore plus facilement ! Peut-?tre que cette distance qui me s?pare de la r?alit? sera aussi un rem?de ? mes crises de folies ? Rien que d?y repenser, j?ai l?impression de ressentir le go?t du sang sur mes l?vres... Quelle horreur !

Et puis Heimmenrich a dit qu?il pourrait m?apprendre plein d?autres choses lorsque je maitriserai ce pouvoir. Il a dit qu?il m?apprendra ? invoquer et r?voquer mon arme, ? faire l?viter des objets et plein d?autres choses g?niales ! Il est vraiment gentil, et il m?apprend plein de choses ; je lui dois beaucoup. Je me demande ce que je ferais sans lui !

Tiens ? Je ressens une pr?sence ! Une forme floue, un petit nuage sans mati?re se d?place lentement, ? quelques pas de moi. Je ne sais pas de quoi il s?agit. Mais comme je me trouve ? Lune d?Argent ? du moins il me semble ? ce ne doit pas ?tre quelque chose de dangereux. Je m?avance doucement, les bras battant l?air devant moi. Je me demande ce que les gens doivent penser en me voyant. Peut-?tre s?imaginent-ils que je suis compl?tement folle ? Qu?importe, je dois progresser pour ?tre une guerri?re tr?s forte, et pour ?a, je dois m?entrainer !

Je suis tout proche du spectre. La chose doit ?tre ? un ou deux pas, tout au plus. Elle ne bouge plus. Je me demande si elle m?a vue. J?avance encore un peu, tendant les bras devant moi, pour m?assurer qu?il y a bien quelque chose. Rien. Mes bras brassent l?air, mais je ne rencontre rien de solide. Le nuage a disparu. J?aurai pourtant jur? qu?il y avait quelque chose !
Soudain, une voix affreusement gutturale s??l?ve derri?re moi.

- Et bien, ce n?est pas encore ?a !

Je me retourne vivement. La forme est l?, ? quelque pas, petit nuage bleut? au milieu d?une immensit? noire.
- Ah, je n?ai pas r?v? , il y a bien quelqu?un !

Je m?approche de l?entit? et tente de la toucher. Encore une fois, l?apparition disparait soudainement et le nuage se dissipe entre mes doigts. Un petit ricanement s??l?ve dans mon dos.

- Arr?tez ?a, ce n?est pas dr?le du tout !
- Et bien enl?ves ton bandeau, tu y verras sans doute mieux.
- Surtout pas ! Je dois entra?ner cette nouvelle vision, et ce n?est pas vous qui allez m?en emp?cher !
- Tu as encore beaucoup de boulot alors. Essaie-donc de m?attraper si tu es si forte !

Alors comme ?a il veut jouer ? Tr?s bien ! Je vais lui montrer ! Je me concentre encore plus fort et je parviens ? voir plus distinctement ses formes. Je m??lance ? toute vitesse sur la forme. Mais ? peine arriv?-je devant l?entit? qu?elle disparait soudain pour r?apparaitre aussi vite quelques pas plus loin.

- Mais arr?tez ?a ? la fin ! Vous ne m?aidez pas, ce n?est plus amusant !

Je bouts de rage. Furieuse, je me rue ? nouveau sur l?apparition. Cette fois, elle ne disparait pas, mais bouge tr?s rapidement. J?ai beaucoup de mal ? suivre ses mouvements. Soudain, le nuage semble s??tioler et ne devient plus que de fines volutes ? peine perceptibles. Avec un ?norme effort de concentration, je parviens ? ne pas le perdre de vue. Puis soudain, elle disparait totalement. J?erre quelques instants, puis la forme se remat?rialise, tout pr?t.

- J?ai disparu aux yeux des vivants, mais toi, tu aurais du me voir avec cette autre vision. Tu n?es vraiment pas dou?e.
- Oh, ?a va hein ! Je ne suis encore qu?une d?butante ! il faut bien s?entra?ner avant de devenir forte ! Et puis j?en ai assez, au revoir !

Je tourne les talons et m??loigne vivement, terriblement furieuse et en proie au doute. Arriverai-je un jour ? me montrer digne de mon rang de chevalier et ? maitriser tous ces nouveaux pouvoirs ? Serai-je capable d??uvrer efficacement pour le bien de mon peuple ?

Poster un commentaire - Commentaires (0) Créé le 2008-06-08 à 10:13:06 - Pas de modification
Pages: 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20