Journal

97 messages - Cliquez sur un titre pour afficher la page dans une autre fenêtre

Sombres souvenirs

- Dame Verdrey, je dois aussi vous dire que ?

Je ne parviens pas ? terminer ma phrase. Je regarde sans la voir ma tasse de th?. Je pense ? tout ce sang que j?ai fait couler par pur plaisir. Je pense ? toute cette souffrance qui m?a conduite ? l?extase. Le sang. La mort. Les hurlements de terreur. Tout me revient en m?moire. Je me sens mal. J?ai honte. Je ne veux pas en parler. Je ne veux plus m?en souvenir. Je veux oublier !

L?ambiance d?tendue qui r?gnait dans la pi?ce semble soudain s?estomper. Une atmosph?re pesante prend place autour de moi. Je sens les regards intrigu?s autant qu?inquiets des membres de la maison pos?s sur moi.

- Qu?y a-t-il ? me demande Verdrey de sa voix douce. Je redresse la t?te et regarde l?elfe. Son air imperturbable, sa prestance me rassurent. Je sens au fond de moi que je peux lui faire confiance.

- Je? Il y a autre chose dont je dois vous parler.
Je sens ma voix faiblir. Je parviens difficilement ? trouver les mots. De terribles images continuent de me hanter.

- Lorsque je combats? au bout d?un moment? je suis comme prise de folie. Je ressens comme une irr?pressible envie de tuer. J?ai besoin de sang, de mort. Je m?extasie devant la souffrance de mes ennemis, et j?en veux toujours plus ! Cette terrible sensation obscurcit mon c?ur, et je n?arrive plus ? me contr?ler?

C?est la premi?re fois que je parle de ces sensations ? quelqu?un d?autre. J?ai envie de pleurer, mais je retiens mes larmes et n?en laisse rien para?tre. Une vraie guerri?re ne doit pas pleurer ! Je dois ?tre forte !

Les deux femmes et le Tauren ?coutent avec attention. Dame Verdrey me demande quelques pr?cisions. Je lui explique comment cela se d?roule. Comment je commence ? combattre, avec d?termination, les ennemis de notre peuple. Comment je me nourris de leur ?nergie pour accro?tre ma force. Comment ma soif de puissance s?intensifie. Comment ma rage finit par me dominer. Et finalement comment je perds tout contr?le et me laisse emporter par ma folie meurtri?re...

Tandis que je relate mes exp?riences, le Tauren se met ? tousser bruyamment. Soudain, il se l?ve et sort de la pi?ce en s?excusant. Verdrey ne m??coute plus que d?une oreille, jetant des regards inquiets vers l?ext?rieur. De dr?les de bruits montent de l?endroit o? a disparu le Tauren. Au bout de quelques temps, il reprends sa place, visiblement affaibli par je ne sais quel mal. Tout le monde continue alors ? m??couter, bien que Verdrey continue ? jeter de brefs regards ? Melwasul.

Durant quelques temps, nous r?fl?chissons ensemble ? ce probl?me. Il semble ?vident que cette folie n?est que le fruit des enseignements des Chevaliers de Sang. Tous, ils promettent de m?aider. Verdrey et Ardence m?invitent ? me m?fier des instructions des Seigneurs-Chevaliers et Melwasul laisse entendre qu?il aurait quelque chose qui pourrait m?aider, tout en restant impr?cis.

Apr?s cette ?prouvante discussion arrive enfin le moment de m?int?grer officiellement ? la maison. Dame Verdrey sort un imposant registre d?un petit bureau, et l?ouvre sur la table pr?s de moi. Elle me demande mon nom.

- Azrelia Naerhas.

Tandis que je prononce mon nom, je suis parcourue d?une ?trange sensation. Je repense ? mes parents. A mon enfance. A mes amis.

Moi, Azrelia Naerhas, fille de simple marchands d??toffes, me voil? membre d?une prestigieuse maison de Quel?Thalas ! Papa et maman seraient fiers de moi ! Je revois leur visage, leur sourire. J'entends leur voix. Je secoue brusquement la t?te pour reprendre mes esprits. Ce n'est pas le moment de r?vasser !

A c?t? de mon nom, Dame Verdrey indique la date du jour, et note mon rang dans la maison : honor?e. Elle me tend la plume. De mon ?criture fluide et fine, je signe et scelle par cette marque mon alliance ? la maison Saen'Thalas.
C?est comme si je renaissais. Une nouvelle vie commence pour moi. Je viens de rejoindre une nouvelle famille.

- Bienvenue parmi nous, Azrelia.

Poster un commentaire - Commentaires (2) Créé le 2008-03-19 à 21:37:46 - Modifié le 2008-03-29 à 16:37:00

L'antre de l'horreur

Mortholme, le bastion de l?arm?e du Fl?au dans les terres des Sin?dorei. Le repaire de Dar?Khan, l?inf?me traitre qui participait, et continue de le faire, ? la corruption de notre monde par l?arm?e des non-morts. L?antre de l?horreur, d?o? s??l?vent d?incessants hurlements de douleurs et de d?sespoir.

C?est dans cet effroyable avant-poste de l'enfer, incarnation m?me de la terreur dans ce monde, que m?envoient les magist?res de Kel?Thalas.

En tant que Chevalier de Sang, j?ai pour mission d?ex?cuter le mis?rable Dar?Khan et ses lieutenants et d??claircir les rangs du Fl?au. Un apothicaire de Tranquilien me demande ?galement d?administrer un antidote ? des Sin?dorei retenus prisonniers et tortur?s dans cet avant-poste. Mais je ne connais que trop bien la funeste renomm?e de ce bastion, et je suis consciente qu?il me faut des compagnons. Jamais je n?arriverai seule ? accomplir ma t?che !

Je me rends donc dans le petit village d?vast? de Tranquilien, ? la recherche d?un groupe. C?est alors que j?entends son appel. Une autre Chevalier de Sang se tient l?, au centre du village, une longue ?p?e ? la main. Ses longs cheveux blonds tombent sur ses ?paules en boucles d?licates, et elle porte une armure de maille luisante. De sa voix claire, elle clame :
- Je recherche des compagnons pour tuer l?inf?me Dar?Khan !

Il n?en faut pas plus pour que je me pr?cipite imm?diatement vers elle et lui offre mon soutien ! Elle accepte sans h?siter, et apr?s de rapides pr?sentations, nous voil? partis !

Tout en nous prot?geant mutuellement des cr?atures qui errent dans les Terres Fant?mes, nous nous dirigeons vers la Malebr?che, la sombre marque laiss?e par le passage du Fl?au dans nos campagnes. Nous esp?rons y trouver d?autres guerriers. Ils viennent souvent lutter dans cette zone corrompue contre les serviteurs du Fl?au. J?y vois moi-m?me r?guli?rement afin de participer ? la protection de la cit? en ?claircissant les rangs des morts-vivants!

Comme pr?vu, les guerriers sont nombreux dans la Malebr?che, et de toutes les directions s??l?vent des bruits de m?tal froiss?, de sorts qui fusent et les r?les des morts-vivant sans ?me qui subissent le juste courroux des derniers d?fenseurs de mon peuple ! Un mage nous rejoint, ainsi qu?un troisi?me Chevalier de Sang et un chasseur, accompagn? de son fid?le animal apprivois?. Je jubile. Avec une telle ?quipe, il ne fait aucun doute que nous pourrons porter un terrible coup ? la garnison de Mortholme ! Dar?Khan tombera rapidement, et ses lieutenants ne tarderont pas ? le suivre, cela ne fait aucun doute !

Ensemble, nous franchissons l?imposante porte de Mortholme, nous frayant un passage au milieu des morts-vivants ? grands coups de lame ou de sorts. Partout autour de moi, le sang gicle, les os craquent, et les cris de douleur raisonnent ! Un ? un, les morts-vivants tombent et leurs membres d?compos?s s?enfoncent dans l?inf?me fange qui recouvre le sol. A mesure que je d?truis mes ennemis, je sens l??nergie affluer en moi, et tr?s rapidement je commence ? ressentir cette sensation qui m?est maintenant habituelle. Ma vigueur est d?cupl?e, et une haine bienfaitrice s?empare de mon esprit.

Nous avan?ons ainsi jusqu?? la tour dans laquelle le tra?tre se terre, et avan?ons inexorablement dans les ?troits couloirs du donjon. Une odeur de pourriture flotte dans l?air, et un vent putride sillonne les all?es en hurlant. Une lueur verd?tre ?claire faiblement les murs de pierre recouverts de moisissure.

Enfin, nous arrivons devant Dar?Khan le tra?tre. Je dois me concentrer de toutes mes forces pour r?sister ? la tentation de me ruer sur lui en hurlant, ceci risquerait de mettre en danger tout notre groupe. Mais ce n?est pas l?envie qui en manque ! Rarement je n?ai eu autant le d?sir de voir un ?tre souffrir et mourir !
Nous nous concertons rapidement, afin de mettre au point une strat?gie. Notre ennemi est un puissant mage, il ne s?agirait pas de se retrouver tous chang?s en crapauds ou pis encore !

Je me mets en position de combat, ma lame encore noire du sang des cr?atures que j?ai transperc?es point?e devant moi. Le signal sera bient?t donn?. Je laisse la rage m?envahir et ma soif de mort se lib?rer. J?ai envie de tuer !

Le signal est donn?. Sans m?me avoir ? y penser, je m??lance en hurlant, mon ?p?e au dessus de ma t?te, tout en passant ma langue sur mes l?vres. Le contact est violent, ma lame s?abat sur ses protections magiques dans un terrible fracas, et mon corps entier tremble sous la force du choc. Je resserre mon ?treinte autour de mon arme, et roue de coups la forme qui tente de se d?battre sous nos heurts. Je sens des sorts m?atteindre en pleine poitrine, et une terrible douleur s?emparer de tout mon corps. Des formes tortur?es hantent mon esprit sous l?effet de ses mal?dictions, mais tout ceci ne fait que renforcer ma rage et ma puissance !

Soudain, le bouclier magique se brise, et ma lame peut enfin entailler les chairs de mon ennemi. Dans un hurlement de plaisir, je tranche les membres du tra?tre et lac?re ses chairs dans de grandes gerbes de sang et d??clats d?ossements. Son cr?ne se brise sous les coups de l?un de mes compagnons, et le corps d?chir? tombe ? nos pieds dans un dernier r?le pitoyable. L?inf?me Dar?Khan est enfin mort ! Nous avons d?barrass? l'arm?e non-morte de l'un de ses lieutenants !

Il ne nous reste plus qu'? d?cimer la garnison de Mortholme pour assurer sa chute, et notre mission sera un v?ritable succ?s.

Poster un commentaire - Commentaires (3) Créé le 2008-03-24 à 17:41:44 - Modifié le 2008-04-09 à 17:34:01

Sinistre extase

Tous les membres du groupe sont repartis, il ne reste plus qu?Elrun, un mage et moi dans Mortholme. Nous continuons notre avanc?e meurtri?re, pour nous assurer que l?antre de l?horreur ne se rel?ve pas de notre assaut !

Ma soif de violence atteint des proportions telles que j?ach?ve chacun de mes ennemis en quelques coups seulement ! Je tranche les pattes des gardes N?rubis, de terribles araign?es d?moniaque, d?une passe parfaitement ex?cut?e avant de les achever le sourire aux l?vres en d?cha?nant sur ces sinistres cr?atures la puissance de mes sceaux.

L??nergie afflue, et je l?utilise pour d?truire les fant?mes qui hantent cet endroit sans m?me avoir ? les approcher. Je lib?re les pouvoirs sacr?s sur ces horreurs tout en observant d?un regard impassible leur enveloppe diaphane se d?composer et s??vaporer dans une effroyable complainte.

Des n?cromanciens tentent de r?veiller les morts pour leur venir en aide, mais ce pitoyable soutien ne suffit par pour leur ?pargner mon courroux. Tous passent sur le fil de ma lame et je sens une enivrante odeur de mort et de sang me monter ? la t?te. Ma soif de mort envahi alors mon esprit, et j?entre subitement dans une profonde transe. Je sens mon regard se durcir terriblement. Mes yeux ne forment plus que deux petites fentes sur mon visage macul? de sang, dans lesquelles scintille une lueur d?mente.

Un sourire mauvais se lit sur ma bouche, et j?avance d?un pas lent mais impassible vers mes ennemis, tenant fermement mon ?p?e. D?s que je me suis d?lect? de la souffrance d?un monstre jusqu?? l?avoir achev? dans un rire sadique, je me dirige vers une autre cr?ature, le m?me regard et le m?me sourire sur les l?vres. Je me d?place avec une lenteur morbide, regardant mes victimes se demander si je n?ai pas perdu la raison pour les approcher aussi calmement.

Des dizaines de monstres p?rissent ainsi sous ma lame, et le sang noir coule ? torrent sur le sol. Je ne peux plus m?arr?ter. Ma transe atteint une telle ampleur que je ne sens m?me plus la douleur et n?h?site pas ? attaquer des groupes entiers d?ennemis.

Je sens le regard inquiet de mon compagnon sur moi, mais je ne lui accorde pas la moindre attention. Seule compte la violence des combats, je ne vois plus que ma lame danser autour de mon corps et arracher des membres et des hurlements dont je me d?lecte !

Elrun commence ? m?interpeler, d?une voix tremblante. Il me dit que je lui fais peur, qu?il se demande ce qui me prend. Je l?ignore superbement et repart de plus belle dans ma danse macabre.

Soudain, tandis que je viens d?achever un groupe de gardes N?rubis, je tr?buche sur le sol irr?gulier et me cogne violemment contre le sol. La transe dans laquelle j??tais plong?e cesse subitement, comme si ce choc avait laiss? s??chapper le fant?me qui me hantait et je reprends peu ? peu mes esprits. Il n?est pas n?cessaire que je me demande ce qu?il vient de se passer : je ne le sais que trop bien. Une nouvelle fois ma soif de sang a pris le dessus.

J?entends alors une voix qui nous h?le : c?est Myr?a, l?elfe que j?ai rencontr?e ? Tranquilien, qui revient. Je me rel?ve et fait mine de ne m??tre jamais laiss?e gagner par la folie.
Nous sortons tous les trois de Mortholme, fiers de notre devoir accompli, et laissons derri?re nous un vaste charnier naus?abond et sanguinolent. Mortholme ne se rel?vera jamais de cette bataille. Mais cette excellente nouvelle ne suffit pas ? me d?tourner du souvenir de cette folie que s'est encore une fois empar?e de mon ?me.

Arriverai-je un jour ? ma?triser cet instinct meurtrier ?

Poster un commentaire - Commentaires (2) Créé le 2008-03-30 à 17:13:57 - Modifié le 2008-04-09 à 17:35:19

Un peu de compagnie

Cela faisait si longtemps que je n?avais pas eu de compagnie ! Cette Myr?a est vraiment tr?s sympathique !
Nous sommes revenus ensemble de Mortholme, et nous venons de faire notre rapport ? notre Ma?tre Chevalier de Sang. Les nouvelles que nous lui avons apport?es l?ont r?jouit, et il semble nous faire ? peu pr?s confiance. Je me sens vraiment heureuse, j?ai l?impression de m??tre vraiment rendue utile, et de n?avoir pas endur? toutes ces horreurs pour rien ! J?ai enfin le sentiment d?aider mon peuple, m?me s?il ne s?agit pas encore d?exploits ?piques que les troubadours du monde entier chanteront pendant des mill?naires !

Myr?a doit subir la seconde ?preuve des Chevaliers de Sang. Moi, j?ai d?j? du endurer cet examen, mais je d?cide de l?accompagner, pour la soutenir. C?est une rude ?preuve qui l?attend : elle va devoir affronter quatre champions Chevaliers de Sang successivement, et les vaincre ? ou mourir. Ces champions ne sont pas si forts que ?a, ils sont m?me relativement simples ? dominer, mais r?ussir ? lever son arme sur d?autres Sin?Dorei demande un terrible effort et une volont? de fer. Si cette ?preuve n?est pas tr?s difficile physiquement, elle demande ?norm?ment de volont? et reste extr?mement ?prouvante psychologiquement.

Apr?s avoir discut? tranquillement sur la route, nous arrivons enfin devant le lieu de l??preuve. Nous nous inclinons respectueusement devant le Seigneur Chevalier Deuillesang, qui surveille cet examen. Il explique ? ma compagne ce qui l?attend, de sa voix d?un calme inqui?tant. Je lis l?appr?hension dans les yeux de Myr?a, et je sais quelle redoute de ne pas r?ussir ? lib?rer pleinement ses pouvoir contre ses semblables, tout comme j?ai eu du mal ? le faire. Je lui murmure quelques encouragements, puis je lui accorde ma b?n?diction. Elle p?n?tre dans l?ar?ne, et les combats commencent. Un ? un, elle vient ? bout de ses adversaires, et r?ussit finalement l??preuve avec succ?s !
Je l?attends ? la sortie de l?ar?ne, un grand sourire aux l?vres, et je l?acclame et la f?licite pour ses exploits !

Durant l?apr?s-midi, nous accomplissons quelques missions pour l?Ordre. On nous ordonne de nous rendre ? Fossoyeuse, la r?pugnante capitale des Morts-Vivants, pour nous entretenir avec Dame Sylvanas Coursevent, leur Reine. Cette id?e me rend malade, tant je d?teste cet endroit puant, mais je n?ai gu?re le choix. Si je veux me rendre utile ? mon peuple et m?riter ma place dans l?Ordre des Chevaliers de Sang, je dois endurer ces ?preuves sans faiblir !

Myr?a conna?t la ville, si bien que je me laisse guider dans les couloirs infects de Fossoyeuse, suppliant sans cesse ma compagne de presser le pas pour respirer le moins longtemps possible cet air vici? par la mort et les relents de pourritures qui ?manent de la population.

Apr?s une longue course dans les souterrains moisis de l?ancienne cit? de Lordaeron, nous d?bouchons enfin dans une vaste salle vout?e, au centre de laquelle se tient Dame Sylvanas, qui a gard? son aspect de jolie elfe. Mais cette noble prestance s?effondre vite lorsqu?elle nous adresse la parole de sa voix gutturale et tortur?e. Elle nous intime de nous rendre ? Orgrimmar, pour y rencontrer le chef de Guerre Thrall, le chef des Orcs. Encore un long voyage en perspective, mais qu?importe, tant que je peux sortir de ce lieux puant, ?a me convient !

- Orgrimmar, tout le monde descend ! braille le gobelin qui dirige le zeppelin. Passagers pour Fossoyeuse, en voituuuuure !

Du haut de la tour d?embarcation du zeppelin, la cit? Orc semble gigantesque. Des murailles de terre s??tendent ? perte de vue, et d?innombrables petites silhouettes se prom?nent entre les maisons ? toit de peau.

Cette cit? n?a pas encore le sublime de Lune d? Argent, mais l?air y est au moins plus respirable qu?? Fossoyeuse !
Cependant, nous d?cidons de ne pas nous ?terniser. Notre passage dans la cit? des Morts-vivants nous a rendues malades et nous voulons rentrer au plus vite dans notre belle capitale !

Aussi, nous nous empressons de rencontrer Thrall, et apr?s avoir perdu un temps fou en courbettes et autres salutations protocolaires ? Thrall n?est quand m?me pas un p?on de base ? nous rentrons aussi vite que possible ? Quel?Thalas.

Enfin un peu de r?pit ! Nous avons fait notre rapport aupr?s de nos sup?rieurs, et nous voil? maintenant libres de nous amuser toute la fin de la journ?e ! Et je compte bien en profiter !

Je rev?ts une jolie robe rouge que j?ai achet?e quelques jours auparavant, et nous allons boire un verre dans l?auberge de l?All?e du Meurtre. La boisson y est plus forte, et il me faut bien ?a pour oublier toutes les horreurs que j?ai crois?es ? Fossoyeuse !

Naturellement, il y a d?j? un peu de monde, et on ne tarde pas ? avoir une bonne dose d?alcool dans le sang et ? danser sur les tables, tout en repoussant les avances de quelques elfes un peu trop t?m?raires ? mon go?t. Cela faisait tellement longtemps que je ne m??tais pas laiss? aller que je crois bien que ma r?sistance ? l?alcool s?est att?nu?e, il faudra que je palie ce probl?me !

Une chance que les Chevaliers de Sang passent rarement par ici, je ne donne pas cher de notre grade si on nous voyait dans cet ?tat. Deux Chevaliers de Sang compl?tement ivres et allong?s sur des tables, absolument hagards, imaginez la sc?ne !

Myr?a et moi nous s?parons tards dans la soir?e, nous assurant mutuellement notre amiti? et nous promettant de nous revoir sous peu.
C?est donc compl?tement saoul que je vais me coucher ce soir. Mais au moins, je me sens bien, et j?ai compl?tement oubli? mon passage chez les Morts-vivants !

Poster un commentaire - Commentaires (2) Créé le 2008-04-05 à 13:25:57 - Modifié le 2008-04-09 à 17:30:37

Retour ? Mortholme

- La ferme !

Je lui hurle au visage, tapant du pied avec col?re. Je sens une veine palpiter sur mon front et tous mes muscles se crisper tandis que je lui lance un regard incendiaire. Depuis que j?ai franchi une nouvelle fois les portes de cet horrible bastion, ce chevalier arrogant n?a de cesse de me suivre et de critiquer mes moindres faits et gestes. Non mais de quoi se m?le-t-il ? Je ne le connais m?me pas !

Je pouvais encore supporter ses sarcasmes et le regard soutenu avec lequel il me reluquait. Je l?ignorais quand il faisait remarquer que j?avais encore l?air d?une gamine. Mais voil? maintenant qu?il se met ? se m?ler de mes combats ! Ce maudit chevalier vient d?achever le garde N?rubis que j??tais en train de combattre, sans que je ne lui demande quoi que ce soit ! Il ose me priver du plaisir de broyer le cr?ne de cette cr?ature sous mon marteau de guerre, et de sentir son sang chaud ruisseler sur mes mains !

Rouge de col?re, je lui hurle de s?occuper de ses affaires en agitant un poing crisp? dans sa direction. Je crache par terre en signe de m?pris et m?en retourne ? ma t?che, en esp?rant que ce porc me laisse en paix !

Les cadavres s?amoncellent autour de moi, mes ennemis tombent un ? un, le corps bris? sous les coups de mon arme. Le chevalier me suit toujours, mais je l?ignore et continue mon avanc?e meurtri?re. L??nergie afflue, le sang coule ? flot et les hurlements de douleur r?sonnent dans ma t?te. Ma vision devient trouble, je ne distingue plus que les formes. Je sens que j?entre en transe. Je ne peux plus me contr?ler. Je commence ? murmurer ? Tuer? Tuer encore? ? . D?un pas lent mais inflexible, je vais d?ennemi en ennemi. Je ne ressens plus la douleur. Ma soif de mort semble insatiable. Un autre homme rejoint le premier. Ils m?observent. Je les ignore. Ma folie meurtri?re s?intensifie. Je ne compte plus les cadavres. Le sang vermeil recouvre toute mon armure.

Soudain, tandis que je viens tout juste de r?duire un N?cromancien ? l??tat d?un amas de chair sanguinolente, les deux elfes se jettent sur moi et tentent de me ma?triser de leurs bras muscl?s. Je me d?bats comme une furie, essayant de donner des coups de pieds et de poing ? mes assaillants. Je hurle et peste comme une forcen?, aboyant qu?on me laisse tranquille, que j?ai encore besoin de tuer. Rien ? faire, je ne parviens pas ? me lib?rer, les guerriers ne l?chent pas prise. Je continue ? les insulter et r?clamer du sang en hurlant ? m?en arracher les poumons.

Je ressens subitement une vive douleur sur mon visage, et ma vue se brouille. Un voile noir obscurcit ma vision, et je sombre dans l?inconscience.

Je me r?veille d?un seul coup, le visage ruisselant d?eau fra?che qui d?gouline sur ma poitrine. Paniqu?e, ne comprenant pas ce qui m?arrive, je tente de me redresser, mais je suis parcourue d?une douleur si vive que je parviens ? peine ? me tenir assise. Je regarde autour de moi : on m?a d?pos?e sur une table de pierre. Je distingue les vestiges de grands piliers sur ma gauche. Devant moi, deux Sin?Dorei se tiennent assis sur un banc de marbre recouvert de mousse. Ils me font signe de me calmer, m?assurant qu?ils ne me veulent pas de mal.

Je souffle un grand coup, et tente de reprendre mes esprits. J?analyse la situation. De toute ?vidence, ces deux inconnus m?ont arrach? ? ma folie meurtri?re, et m?ont amen? ici. Ils n?ont pas l?air hostile. Et puis s?ils avaient voulu me violer ou autre r?jouissance du genre, ils auraient eu le temps de le faire. Cependant, je reste m?fiante. On ne sait jamais, avec les hommes ! En plus, ceux-l? ont l?air passablement louche.

Mais, je n?ai plus de force. Ma sinistre ?pop?e ? Motholme m?a ?puis?e. C?est tout juste si j?arrive ? me maintenir assise sur la dure table de pierre lisse. Mon corps entier me fait souffrir.

Je crois que jamais je ne me suis sentie aussi faible, aussi vuln?rable. Et, pour la premi?re fois depuis tr?s longtemps, j?ai envie de pleurer. J?ai peur. Peur de moi-m?me. Dame Verdrey, pardon, je ne suis pas ? la hauteur?

Poster un commentaire - Commentaires (1) Créé le 2008-04-08 à 10:49:48 - Modifié le 2008-05-12 à 15:01:11
Pages: 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20